Twin Peaks
de David Lynch
Deux ans après sa Palme d'or, que nous réserve le réalisateur de "Sailor et Lula" ?

On attend toujours d'un deuxième passage à Cannes qu'il confirme l'impression laissée par le premier. Rien qu'à ce titre, David Lynch, qui a remporté la Palme d'or avec "Sailor et Lula" il y a deux ans est particulièrement attendu cette année. Ce n'est pas la seule raison.

Il y a eu aussi la série TV dont "Twin Peaks Fire Walk With Me" est inspiré. Lors de sa diffusion à la télévision, elle a déclenché la naissance de fan-clubs tant en Europe qu'aux Etats-Unis. Série-culte, ce phénomène, ajouté au succès de "Sailor et Lula", a fait qu'en deux ans David Lynch a radicalement changé de statut : c'était un marginal, c'est désormais l'une des figures essentielles du cinéma d'aujourd'hui. Promotion certifiée par la prestigieuse couverture du Time l'an dernier. Lynch est aujourd'hui l'un des cinq metteurs en scène que tous les producteurs du monde s'arrachent. Et d'ailleurs, ce n'est pas sans fierté que Ciby 2000, la société de Francis Bouygues, présente sur la Croisette ce "Twin Peaks Fire Walk With Me".

La série Tv démarrait sur la découverte du cadavre de la jeune Laura Palmer, elle se terminait, une vingtaine d'épisodes plus tard, en un tour de passe-passe esthético-mystique. Entre les deux, un défilé d'individus fêlés, trois filles sublimes, un agent du FBI qui invoque le surnaturel et surtout beaucoup d'élégance. "Twin Peaks" est une espèce de mixture au goût amer que chacun déguste en prenant son temps, avec l'impression de voir et d'entendre une lame froide passer sur du velours. David Lynch, qui a créé le concept de la série, en avait réalisé quelques épisodes avant de "déléguer" à divers réalisateurs. A-t-il eu l'impression que son oeuvre lui échappait ? En tout cas, il met un point final à l'aventure "Twin Peaks" avec ce film qui n'est ni un concentré, ni une suite mais... ouvre la série ! Le récit décrit en effet les jours qui ont précédé la mort de Laura Palmer.

On retrouve dans la version cinéma - que l'on annonce nettement plus violente que la série - plusieurs comédiens qui reprennent leur rôle. Ainsi Kyle MacLachlan, l'acteur fétiche de David Lynch et Sheryl Lee. Trois guest-stars font par ailleurs leur entrée dans la version grand écran : David Bowie, Chris Isaak et Harry Dean Stanton.

Attendu comme jamais, David Lynch vient à Cannes non pas pour gagner une Palme mais pour tenter d'assouvir les nouveaux et nombreux appétits qu'il suscite. Avec, en plus, "l'obligation" de créer la surprise. Ce n'est pas la tâche la plus facile.

CHRISTOPHE D'YVOIRE.
Studio Spécial Cannes, Mai 1992.

Retour